quinta-feira, 2 de fevereiro de 2017

EDDY MITCHELL with LONDON ALL STARS


Original released on LP Barclay 80207
(FRANCE, 1963)

"Eddy In London - Chante 12 Rock'n'Roll Classics", un disque qui se passe de commentaires quant à ce qu'il contient: 12 chansons des standards du rock'n'roll, reprises dans la langue de Molière. Ce disque a été enregistré à Londres, et il présente une pochette un peu niaise (Eddy tout jeunot, le Eddy de 1963, donc, assis par terre, on distingue des feuilles derrière, c'est une pochette assez automnale et gentillette). Car, musicalement, tout en ayant vieilli (comme tout disque de l'époque), ce disque est une totale réussite. "Eddy In London - Chante 12 Rock'n'Roll Classics" dure, en vinyle, 28 minutes à peu de choses près, une durée certes très rikiki, mais pas si rare que ça, et même, on peut le dire, la durée standard d'un album dans les années 60 (jusqu'aux années 1967/68 et après, où on commencera à faire des disques de plus en plus longs). On y trouve des reprises de Buddy Holly ("Peggy Sue"), Eddie Cochran ("Comment Vas-Tu Mentir?" est une adaptation de son "Come On Everybody"), Little Richard ("Jolie Miss Molly: Good Golly Miss Molly", "L'Oncle John": Long Tall Sally"), Gene Vincent ("Blue Jean Bop"), Elvis ("Sentimentale: Baby I Don't Care", "Belle Honey: Money Honey"). "Te Voici" aussi est une reprise d'une chanson que le King a chantée, en l'occurence "Mean Woman Blues". Une des meilleures de l'album, pas étonnant qu'elle soit la première des 12 ! 



Niveau musiciens, un des guitaristes, Vic Flick, n'est autre que le guitariste ayant immortalisé le fameux James Bond Theme, cette mélodie inoubliable, il faisait partie de l'orchestre de John Barry (compositeur de musiques de films). Interprétation parfaite, son remarquable (production à l'anglaise, Eddy est parti faire ce disque en Perfide Albion car il savait que le son serait différent, et sans aucun doute nettement meilleur, il n'a vraiment pas eu tort de faire ce déplacement). 12 chansons, 12 réussites, voilà de quoi faire de ce disque un chef d'oeuvre, un album essentiel, un des meilleurs albums de Schmoll et un des meilleurs albums de rock français (et de l'époque, aussi). Sans doute aussi, tant qu'à faire, un des meilleurs albums de reprises. On regrettera, il est vrai, des adaptations parfois hasardeuses (voir "Comment Vas-Tu Mentir?" dont le titre est ressemblant, un peu, de "Come On Everybody", mais le sens, évidemment, n'est absolument plus le même, c'est l'allitération au détriment de la logique ; une traduction comme "En Avant Les Amis" aurait été moins jolie, pour le titre, mais plus fidèle, pour le sens), mais c'est aussi le cas d'autres reprises en français de chansons anglophones. Mis à part ça (et une pochette gnian-gnian), ce disque, ce "Eddy In London", est quasiment intouchable !

2 comentários:

Paulo Castelo Branco disse...

Teu blog é maravilhoso. Um verdadeiro resgate dos anos em que, fazendo música, buscava-se fazer arte, mesmo que proporcional e compatível com as faixas etárias dos ouvintes. Parabéns.

Rato disse...

Obrigado, Paulo, volta sempre

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...