domingo, 5 de junho de 2016

LE PREMIER ALBUM DE MICHEL POLNAREFF



Original released on LP AZ LPS 11
(FRANCE, 1966)



Michel Polnareff (né le 3 juillet 1944 à Nérac) c'est l’un des seuls artistes français, avec Gainsbourg, à avoir su imposer un style novateur et anglo-saxon. Mélodiste et musicien hors pair, ce «prince de la pop française» est aussi un mythe de par son apparence et son mystère. Ses œuvres ont fait preuve d’une originalité et d’une richesse rares dans le monde de la musique. Il demeure aujourd’hui l’unique artiste capable de s’absenter plus de dix ans de son pays et revenir y faire un triomphe. Michel Polnareff a passé toute son enfance dans la musique. Son père Léo Poll a écrit pour Edith Piaf et Mouloudji. Polnareff commence le piano à 5 ans et reçoit à 11 ans et demi le premier prix de solfège au conservatoire de Paris. À 20 ans, il quitte le cocon familial, la faute à un père trop autoritaire et trop violent. Il s’installe sur les marches du sacré cœur avec une guitare qu’il a achetée chez Beuscher avec ses économies. Ses premières notes seront celles de “La poupée qui fait non”. Il appartient à un groupe de beatnik (mouvement pacifiste) et fait la manche en reprenant les standards rock de l’époque. En 1965, il remporte un concours de rock "Disco Revue" à la Locomotive, club alors branché. Le premier prix est un contrat avec Barclay. Polnareff refuse… Nous comprendrons plus tard qu’en fait, Michel n’a pas envie de devenir célèbre. Il préfère écrire pour les autres alors il va tout faire pour qu’aucun accord avec une maison de disque ne soit possible. Gérard Woog, son ami d’enfance, insiste pour le présenter à Lucien Morisse, patron d’Europe 1 et futur manager. Michel accepte de signer sur le label AZ à condition d’enregistrer à Londres avec Jimmy Page à la guitare et John Paul Jones à la basse (futurs Led Zeppelin). À son grand étonnement, la maison de disque accepte. “La poupée qui fait non” sort le 26 mai 1966 et connaîtra un véritable triomphe. Elle fut reprise par beaucoup d’artistes, y compris Jimi Hendrix.


Polnareff ne laisse personne indifférent. Son style anglo-saxon (tout comme Gainsbourg ou Dutronc), ses mélodies exceptionnelles tournant parfois même à la symphonie classique (telle "Ame câline"), son look androgyne (qui n’arrêtera plus d’évoluer) ou encore ses textes (prônant la liberté sexuelle avant l’heure) constituent un ensemble qui fera de lui un véritable mythe. La presse ne le lâche plus et le considère comme une preuve de la décadence à cause de son look jugé efféminé (point commun avec Bowie) et de ses textes qui choquent; "L'amour avec toi" est d'ailleurs supprimé d'antenne avant 22h. Une invitation à la débauche dans cette France gaullienne. Malgré tout cela, Polnareff est reconnu par beaucoup. Charles Trenet est de ceux-là. Il reçoit de nombreux prix quelques mois après et enchaîne les tubes…de la complainte “Love me please love me" au gothique "Bal des Laze" en passant par l’existentiel "Sous quelle étoile suis-je-né ?" ou encore l’électrique et revanchard “Roi des fourmis”. Tout ce qu’il touche se transforme en or. Il est non seulement capable de composer de superbes mélodies et d’être souvent l’auteur (ou le co-auteur) de ses textes mais aussi d’arranger ses musiques de manière assez originale et complexe tout en utilisant des procédés “curieux” afin d’obtenir un son qui lui convienne. On se souviendra notamment du système de quadriphonie pour le disque “Polnareff’s” (aussi utilisé par les Beatles ou Gainsbourg par exemple) mais aussi du lasso pour enregistrer les chœurs de “On ira tous au paradis” ou encore des coups de pieds de micro dans le mur afin d’accentuer le son de batterie de “Holidays”. La musique et le son des mots constituent sa seule priorité. Il utilise d’ailleurs de nombreux instruments venus d’Angleterre tels que les orgues mellotron si chers aux Moody Blues.


Polnareff devient célèbre dans toute l'Europe et obtient de nombreuses récompenses à l'étranger. Les critiques Anglais, pourtant très sévères envers la musique française, voient en lui un artiste susceptible de les intéresser. En 1967, il monte pour la première fois à l'Olympia. Il continue d'enchaîner les tubes comme "Dans la maison vide" ou "Tous les bateaux..". En 1970, il revient à l'Olympia et entame une tournée. Sur scène, il est novateur. Mi-concert, mi-spectacle, les musiciens sont encastrés sur une scène verticale et de nombreux automates envahissent la scène. L’ambiance est baroque et mystérieuse, il le seul en France à vouloir présenter autre chose sur scène qu’«un simple chanteur devant un micro». Toujours en 1970, il répond à toutes les critiques sur son apparence et son mode de vie avec la chanson "Je suis un homme". Agressé lors d'un concert, il annule les autres dates de sa tournée dont un concert symphonique au Palais des sports. Il est déprimé; la mort de Lucien Morisse en 1971, celui qui l'a lancé, et une crise sentimentale vont être la cause d'une nouvelle dépression. En 1971, il refait une tournée et ensuite va rejoindre Johnny Hallyday au Palais des sports en tant que pianiste pour son show, histoire de s’amuser un peu en reprenant quelques standards du rock. C'est lors de ce concert qu'il va apparaître avec son nouveau look; il porte désormais de grosses lunettes noires à montures blanches ainsi que de longs cheveux blonds et ondulés. Il gardera cette apparence et ces lunettes si particulières qui sont devenus une marque de fabrique. En 1971, il compose la bande originale du film "Ca n'arrive qu'aux autres" de Nadine Trintignant et du film "La folie des grandeurs" de Gérard Oury avec Louis De Funès et Yves Montand. Il fait alors l’unanimité en tant que compositeur de musiques de films. Le thème très “Morriconien” de “la folie des grandeurs” est par ailleurs resté dans toutes les têtes.

Cette année est aussi celle de son disque “Polnareff’s”, considéré par beaucoup comme son chef-d’œuvre, à classer à côté du fabuleux “Melody Nelson” de Serge Gainsbourg. Mélangeant chansons et instrumentaux, ce court album (35 min) est d’une richesse rare. Enregistré à Abbey Road avec un système de quadriphonie, les orchestres sont dirigés par A. King, B. Sheperd, ou par Polnareff lui-même. Mêlant jazz (Né dans un ice cream), pop (le désert n’est plus en Afrique) et soul (Hey you woman), “Polnareff’s” est une claque. L’instrumental “Voyages” avec sa basse jazzy (tenue par Herbie Flower, bassiste de Lou Reed) annonce de suite la couleur et la ballade larmoyante “À midi à minuit” clôt le disque en beauté. Fou de son et de nouvelles technologies, il utilise des orgues tels que le moog sur l’instrumental “Computer’s dream”. En 1972, il écrit "La mouche", "Holydays" et "On ira tous au paradis". C'est aussi l'année du concert "Polnarévolution" à l'Olympia. Les 6.000 affiches de ce concert vont d'ailleurs faire scandale car Polnareff avait décidé de montrer ses fesses histoire de mettre une pointe d'originalité. Le tribunal correctionnel le condamnera à payer 10 francs par affiche...motif: attentat à la pudeur. 


Ce concert était une fois de plus une innovation. C’était tout d’abord le premier concert Français à bénéficier du son 5.1. Les musiciens et les instruments étaient tous habillés de paillettes argentées et de nombreux effets venaient égayer le concert. L’introduction était assez osée puisqu’une danseuse déguisée en Polnareff arrivait de dos et baissait son pantalon (en référence à l’affiche). En mars 1973, Polnareff crée un spectacle de nouvelles chansons nommé "Polnarêve". Il fera l’objet d’un disque contenant entre autres le très mélancolique “l’homme qui pleurait des larmes de verre”. L’arrangeur fétiche de Gainsbourg, J.C Vannier, sera de la partie. Revenant d'une tournée internationale, en été 1973, il découvre que son déficit bancaire se calcule en millions de francs; il a été escroqué par son homme d'affaires. Sa mère décède au même moment et Polnareff, déprimé, doit faire une nouvelle cure de sommeil avant de s'exiler aux USA à bord du paquebot "France". Il finit par s'installer à Los Angeles.

4 comentários:

nowhereman disse...

Magnífico album de estreia do mais internacional dos intérpretes franceses da década de sessenta. A adição dos três temas bónus, editados apenas no formato EP, completa o rol das gravações feitas em 1966 pelo Polnareff, pelo que este disco é uma bela rampa de iniciação para quem desejar conhecer este cantor.

csifi disse...

you have a great blog!!! thanks

Thea disse...

Thank you

DonHo57 disse...

Thanks, Rato! A nice collection I didn't get the fist time around.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...